B. Balenciaga Paris

DSC_1898J’attendais ce nouveau Balenciaga avec impatience. D’abord parce que la Maison, dont le groupe Coty détient la licence des parfums depuis 2008, a créé quelques belles fragrances ces dernières années, notamment Balenciaga Paris en 2010. Ensuite parce B. Balenciaga est le premier parfum de l’ère Alexander Wang, qui a succédé à Nicolas Ghesquière au poste de directeur artistique de la Maison en 2012.

Présenté comme « une fragrance boisée verte », B. Balenciaga est plutôt intrigant sur le papier : que peut bien sentir cet « accord edamame » mis au point par la parfumeur Domitille Bertier (IFF) ? L’ouverture d’agrumes et de feuille de violette est effectivement fraîche et très verte, un peu humide, même, mais difficile de déceler précisément la fameuse fève japonaise – pas plus d’ailleurs que le muguet, présent dans la pyramide olfactive mais pas dans mes narines. Qu’importe, la verdeur végétale revendiquée est au rendez-vous. Elle assure la transition avec un cœur très doux d’iris et de cèdre, qui se prolonge sur un fond ambré-musqué-boisé assez classique. B. Balenciaga n’est pas aussi original qu’il en avait l’air, mais il a le mérite d’être doué de cette élégance discrète et sans faute qui signe depuis quelques temps les parfums la Maison.

I’d been impatient to smell this new Balenciaga. First because the House, whose perfumes are produced under license to Coty since 2008, has created some beautiful fragrances lately, such as Balenciaga Paris in 2010. And also because B. Balenciaga is the first perfume of the Alexander Wang era, who took over Nicolas Ghesquière’s job as the House’s artistic director in 2012.

Introduced as a « green woody fragrance », B. Balenciaga is rather intriguing on paper: what can this “edamame accord” invented by perfumer Domitille Bertier (IFF) smell like? The citrus and violet leaf opening is indeed fresh and very green, a little damp, even, but it’s hard to spot the Japanese bean with precision – same wise, the lily of the valley which appears on the olfactory pyramid doesn’t seem to reach my nostrils. But who cares, the claimed vegetal greenness is there. It makes a great transition with the very soft heart of iris and cedarwood, which prolongs itself on a rather classical ambery-musky-woody base. B. Balenciaga may not smell as original as it sounds, but it does have this discreet and flawless elegance that seems to be the signature of the House’s latest perfumes.

80€/50ml, 100€/100ml.
www.balenciaga.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :