What do You Flair #21: Julie, Zurich

DSC_0601Julie Fuchs, 29 ans, chanteuse lyrique et Artiste Lyrique de l’Année aux Victoires de la Musique Classique 2014.

C’est ma mère qui m’a offert mon premier parfum, Anaïs Anaïs de Cacharel, quand j’avais 6 ans. A l’époque, j’étais dingue d’échantillons : je les ai collectionnés pendant toute mon enfance, j’adorais ça. Mais à l’adolescence, mon corps a changé et il s’est passé quelque chose d’étrange : tout d’un coup, les parfums ne tenaient plus sur ma peau. Ils se volatilisaient en quelques instants. J’ai quand même continué d’en mettre, mais sans grande conviction: c’est un peu comme si j’allais à la messe tous les dimanches mais que je ne croyais pas en Dieu! Du coup, forcément, je m’investissais moins dans mes choix. Ce sont les autres qui m’offraient mes parfums : Jean Paul Gaultier Classique, Fleur d’Eau de Rochas… Je les portais avec plaisir, mais je n’avais pas cette envie pressante d’en trouver un qui me corresponde vraiment. Et puis, à 26 ans, j’ai commencé à sortir avec un mec qui adorait les parfums et à qui les odeurs faisaient beaucoup d’effet. Il se retournait carrément sur des femmes dans la rue juste parce qu’elles sentaient bon ! Ca me rendait jalouse, alors je me suis mis en tête de trouver un parfum qui lui fasse encore plus d’effet que tous les autres. J’ai découvert For Her de Narciso Rodriguez et ça a été le coup de foudre immédiat. Mais au bout d’un moment, et malgré le fait que mon mec l’aimait beaucoup, j’en ai eu marre de porter la même chose que tellement d’autres filles. Ma quête du parfum idéal a repris. Je voulais conserver le côté cotonneux, presque savonneux de For Her, et cette impression qu’il me donnait d’être tout juste sortie de la douche. Je préfère les odeurs corporelles, un peu « seconde peau », aux odeurs de foulards, aux vrais parfums. J’aime les senteurs poudrées, musquées, qui m’enveloppent comme un cocon : la fleur de coton, l’amande douce… En juillet dernier, pour mon anniversaire, mes amis m’ont offert Après l’Ondée de Guerlain. L’iris et la violette lui confèrent cet aspect poudré dont je raffole, et j’adore son fond crémeux d’héliotrope et de vanille, qui est très douillet mais ne nuit pas à la fraicheur de parfum. Et puis, c’est peut être mon côté artiste qui s’exprime ici, mais ça me plait de porter un parfum légendaire, une création qui a marqué l’histoire de la parfumerie moderne. En tous cas, même s’il n’a pas beaucoup de tenue sur ma peau – peut-être que je devrais essayer l’eau de parfum? –  je me sens bien quand je le mets. L’odeur d’Après l’Ondée fait maintenant partie de mon moment de concentration avant de monter sur scène, au même titre que la coiffure ou le maquillage. J’aime beaucoup associer des odeurs aux périodes de ma vie, et je sais qu’Après l’Ondée me rappellera toujours les Victoires de la Musique car c’est lui que je portais quand j’ai remporté le prix d’Artiste Lyrique de l’année, en février dernier !

Julie Fuchs, 29, lyrical singer and winner of the Lyrical Singer of the Year prize at the Victoires de la Musique Classique 2014.

It is my mom who offered me my very first perfume, Cacharel’s Anaïs Anaïs, when I was 6. Back then, I was crazy about samples: I’ve collected them through my entire childhood and I loved it. But in my teenage years, my body changed and something very strange happened: all of a sudden, fragrances didn’t last on my skin anymore. They would evaporate very quickly. I still wore them, but I didn’t put my heart into it: kind of like going to church every Sunday without believing in God! Quite logically, I didn’t invest myself very much in my choices. I wore whatever perfumes I received as gifts: Jean Paul Gaultier Classique, Rochas’ Fleur d’Eau… I enjoyed them, but I didn’t feel the urge to find the one fragrance that would really fit me. Until, when I was 26, I started dating this guy who loved fragrances and who could really be aroused by smells. He would literally look back at women in the street just because they smelled good! It made me jealous, so I decided I would find a perfume that would turn him on more than all others. I fell in love with For Her, by Narciso Rodriguez the very first time I encountered it and I bought on the spot. But after some time, and although my boyfriend did like this fragrance, I got tired of wearing the same thing as so many other girls. So the quest for the perfect fragrance resumed.  I wanted to keep For Her’s cottony, almost soapy feel, and this impression it gave me that I just walked out of the shower. I like body smells, “second-skin” stuff, more than real perfumes. I like them powdery, musky, like a cocoon: cotton flower, sweet almond… Last July, for my birthday, my friends got me Guerlain’s Après l’Ondée. The iris and violet give it a powdery aspect I’m crazy about, and I love its base made of heliotrope and vanilla, very cosy and yet very fresh. This may be the artist side of myself speaking here, but I also like the idea that I wear a vintage fragrance, a creation that has impacted the history of modern perfumery. And although it really doesn’t last long on my skin – like all the others – I feel good when I spray it on. It has become part of this moment when I concentrate before I go on stage, just like getting my makeup or my hair done. I love to associate smells to certain times of my life, and I know Après L’Ondée will always remind me of the Victoires de la Musique, because it is what I smelled like at the ceremony when I won the prize for Lyrical Artist of the Year, last February.

DSC_0645

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :