What do you Flair #20: Leslie & Lorenz, Paris

DSC_0257

Leslie, 28 ans, commerciale pour une agence de communication digitale & Lorenz, 39 ans, chanteur et guitariste du groupe Televox.

Lorenz: Ca fait quelques semaines seulement que j’ai changé de parfum mais ça fait plusieurs années que je cherche. Je préfère ne pas porter de parfum que d’en porter un passe-partout, qui ressemble à tout le monde dans le métro. J’ai porté Rush for Men de Gucci pendant des années. C’était très discret mais tellement unique! Je l’adorais mais malheureusement, ils a été discontinué. Je suis passé à Pour Monsieur de Chanel, mais je n’ai jamais retrouvé le plaisir de ces senteurs de mon passé. Et puis récemment, Leslie s’est mise en quête d’un parfum pour elle. Elle s’est mise à me faire sentir des choses, à me rapporter des échantillons : il y a d’abord eu Vétiver Oriental, de Serge Lutens. Très fort, très différent de ce que je portais mais avec beaucoup de caractère. Je l’ai trouvé intéressant mais finalement, c’est Leslie qui ne l’a pas trop aimé. Moi, comme souvent avec le vétiver, ce que j’aime, c’est l’odeur qu’il laisse sur ma peau et mes vêtements après 24h. Et lorsque Leslie m’a fait sentir Vétiver Moloko d’Ex Nihilo, j’ai retrouvé ce que j’aimais dans Rush for Men : une discrétion, une douceur, cet aspect poudré merveilleux. Un petit plaisir égoïste, dans le sens où il me semble que personne d’autre que moi ne le sent, à part Leslie dans des moments d’intimité. Et j’aime, justement, les parfums qui se découvrent comme ça. C’est très identitaire, le parfum, et je n’ai jamais aimé ceux qui s’annoncent à plusieurs mètres. Il faut savoir que le jour où Leslie et moi nous sommes rencontrés, je portais Pour Monsieur, qui est le parfum de son père, et elle portait Light Blue, qui est le parfum de ma sœur !

Leslie: Quand on a commencé à sortir ensemble, j’ai donc du arrêter de porter Light Blue : ça lui faisait trop bizarre de sentir sa sœur dans mon cou. J’ai eu envie de trouver une odeur plus confidentielle, et c’est comme ça que je me suis tournée vers la parfumerie de niche. Lorenz disait qu’il aimerait que je porte quelque chose de plus complexe, qui reflète mieux ma personnalité. Comme j’aime la fleur d’oranger, j’ai essayé celle de Fragonnard. Elle était très fraiche, très agréable, mais trop simple à son goût. Et puis j’ai essayé Fleurs d’Oranger de Serge Lutens et ça a été un vrai coup de foudre. Je n’étais pas habituée à porter des odeurs aussi fortes, mais je m’y suis fait, et je me suis même mise à être curieuse d’en découvrir d’autres et c’est génial. Petit à petit, j’ai l’impression que mon nez s’est ouvert à des odeurs que je n’aurais pas supportées avant. C’est sûrement pour ça que j’aime autant Vétiver Moloko sur Lorenz et que j’ai eu l’idée de le lui offrir à Noël, alors que le vétiver m’aurait peut-être moins plu il y a quelques temps. J’adore sentir nos deux nouvelles odeurs chaque matin dans notre salle de bains, elles sont devenues familières. Et Lorenz apprécie le côté puissant de mon nouveau parfum : il trouve que cette densité, justement, me correspond bien. Moi, je ne peux plus m’en passer. Il me rassure et il me vivifie. Avant, je n’avais jamais ressenti ce besoin de me reparfumer régulièrement pour que mes vêtements soient toujours imprégnés ! Si Fleurs d’Oranger ne se révèle pas trop entêtant dans la chaleur de l’été, c’est lui que je porterai à notre mariage, en septembre. 

Leslie, 28, business development manager for a digital communication agency & Lorenz, 39, lead singer and guitarist in French rock band Televox.

Lorenz: I’ve only had a new perfume for a few weeks but I’ve been looking for one for years. I’d rather not wear a perfume than wear one that has no character and smells like everyone else in the subway! I’ve worn Rush for Men for years. It was discreet and marvellously unique, but sadly, Gucci stopped producing it. Then I wore Chanel’s Pour Monsieur for some time, but I never quite managed to reconnect with those smells from my past. And then recently, Leslie started looking for a fragrance for herself. She started making me smell things, bringing samples home: first, there was Vétiver Oriental, by Serge Lutens. Very strong, very different from what I used to wear, but with great character. As often happens with vetiver, what I enjoy is the smell it leaves on my skin and clothes after a good 24 hours. I found this one interesting but it was Leslie who eventually didn’t like it. And when she made me smell Ex Nihilo’s Vétiver Moloko, I found what I loved in Rush for Men: discreet and sweet, it has this great powdery aspect. A selfish pleasure somehow, since no one smells it except for me and Leslie, in intimacy. And I love those perfumes you only discover in intimacy. Perfume is a matter of identity, and I’ve rarely enjoyed those who let themselves be announced meters away. Fun fact: when Leslie and I met, I wore Pour Monsieur, which is her father’s perfume, and she wore Light Blue, which is my sister’s!

Leslie: When we started dating, I had to stop wearing Light Blue: it was just too weird for Lorenz to smell his sister in my neck. I felt like finding a more confidential smell, and this is why I turned to niche brands. Lorenz said he’d like me to wear something more complex, to reflect my personality better. Since I love orange blossom, I tried Fragonnard’s. It was nice and fresh but a little too simple for my taste. When I tried Serge Lutens’ Fleurs d’Oranger, it was instant love. I wasn’t used to such strong smells, but I got accustomed to it and I even feel curious to smell more and more of them, which is awesome. I feel like my nose has slowly opened up to smells I couldn’t bear until recently. This probably explains why I love Vetiver Moloko on Lorenz so much that I gave it to him as a Christmas gift, although I may not have liked vetiver a few months ago. Our new fragrances have become familiar and I love smelling them in our bathroom every morning. Lorenz enjoys the powerfulness of my new perfume: he finds this density is a good match for me. As for me, I can’t get enough of it. It comforts as much as it invigorates me. I’d never felt this need to spray myself throughout the day so that my clothes always ooze that wonderful fragrance. If it isn’t too heady in the summer, I’ll wear it to our wedding, in September. 

DSC_0307

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :