What do you Flair #18: Clara, Versailles

DSC_0926Clara Muller, 20 ans, étudiante en Lettre & Arts à l’université Paris Diderot.

Ma mère m’a offert mon premier parfum pour mes 14 ans. C’était une fragrance pétillante et agréable, assez légère pour mon âge que j’ai tout de suite adoré: Promesse, de Cacharel. Quel joli nom pour quelqu’un qui s’éveillait à la vie ! Mais est arrivé le jour où j’ai voulu prendre mon odeur en main si je puis dire, et suite à la découverte d’un échantillon, j’ai acheté Alien de Thierry Mugler. De là est né mon goût pour les odeurs fortes et originales. J’ai longtemps porté Alien avant d’alterner avec Fuel for Life Unlimited de Diesel, Black XS de Paco Rabanne ainsi que le One Million de la même maison. J’étais envoûtée par son côté compote de pomme à la cannelle et à frustrée à force de le sentir sur tous les hommes dans la rue. Je me le suis donc approprié pour qu’il ne soit plus associé à tous ces inconnus mais à moi seule. Je dois dire que porter un parfum d’homme alors que j’étais au lycée me faisait me sentir terriblement atypique, et j’aimais cette idée. Je me suis par la suite prise d’un goût un peu hors norme pour le parfum et je passais mon temps dans les parfumeries à tout sentir, à discuter longuement avec les vendeurs et à grapiller des échantillons. C’est comme cela que j’ai fini par découvrir les collections exclusives des grandes marques et la parfumerie de niche. Mes goûts étaient alors entièrement tournés vers les orientaux-vanillés et je découvrait avec délice Spiritueuse Double Vanille et Shalimar Ode à la Vanille chez Guerlain, Vanille de Mona di Orio, mais surtout ce qui est instantanément devenu mon parfum préféré: Tobacco Vanille de Tom Ford. Pour quelqu’un qui recherchait avec passion une odeur « baudelairienne » je me suis sentie comblée ! Douceur de vanille, épices, fruits secs, fleurs et feuilles de tabac, une odeur de boudoir, d’orient, de fumée, de salon artistique du 19° siècle, une sensualité et un caractère bien dessiné…Mais vu son prix je le réserve aux grandes occasions et alterne avec Ambre Narguilé des Hermessences, Un Crime Exotique de Parfumerie Générale, et Un Bois  Vanille de Serge Lutens. J’ai toujours voulu d’une odeur bien à moi, d’un parfum qui me caractérise et qui permette à chacun de me reconnaître à « mon » odeur. Malheureusement (ou peut être heureusement) j’ai du renoncer à cet espoir en découvrant les richesses de la parfumerie. Il serait dommage de passer à côté de toutes les autres merveilles malgré mon attachement à Tobacco Vanille. 

Clara Muller, 20, Literature & Arts student at Paris Diderot University.

My mother got me my first perfume for my 14th birthday. It was a nice, sparkly fragrance, light enough for my age and I immediatly loved it : Promesse, by Cacharel. Such a great name for someone who was awakening to life ! But soon enough I felt like taking my smell into my own hands, if I may say, and after I tried a sample I bought Alien by Thierry Mugler. This was when my taste for strong, original scents was born. I wore Alien for a long time before I alternated with Diesel’s Fuel for Life Unlimited, Paco Rabanne’s Black XS and One Million. I was mesmerized by its apple compote with cinammon facet, and very frustrated that I smelled it on every man on the street. I made it my own so I didn’t have to associate it with all those strangers but to myself alone. I have to say that wearing a masculine fragrance when I was in high school made me feel dramatically atypical, and I loved that idea. From then on I started developing an unusual passion for perfume, I spent my days in perfumeries smelling everything and gathering samples.  This is how I ended up discovering the big names’ exclusive collections as well as niche perfumery. All I loved then were oriental-vanilla fragrances and I was delighted to discover Spiritueuse Double Vanille and Shalimar Ode à la Vanille by Guerlain, Vanille by Mona di Orio, but above all I loved what instantly became my favorite perfume : Tom Ford’s Tobacco Vanille. For someone who was passionately lookig for a « baudelairesque » smell, my dreams were fulfilled ! The sweetness of vanilla, spices, dry fruit, flowers and tobacco leaves, the smell of a boudoir, of the East, of smoke, of a literary salon back in the 19th century, a well-drawn sensuality and character…. But given its price I only spray it on for big occasions and I alternate with Ambre Narguilé from Hermès’ Hermessences collection, Parfumerie Générale’s Un Crime Exotique and Serge Lutens’  Un Bois Vanille. I’ve always wanted to have a smell of my own, a perfume that would characterize me and let everyone recognize me through it. Unfortunately (or fortunately, maybe), I had to give up that hope when I realized how rich perfumery was. As much as I love Tobacco Vanille, it would be too bad to miss out on all its other wonders.

DSC_0882

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :