What do you flair #13: Julie, Paris

Julie porte White Musk du Body Shop

Julie porte White Musk du Body Shop

Julie André, 31 ans, journaliste et fondatrice de Carton Magazine.

J’ai eu ma première émotion parfum avec Sweet Courrèges, qu’on m’a offert quand j’avais 12 ou 13 ans. Je l’adorais, mais malheureusement je n’ai jamais pu le racheter parce qu’il n’existe plus. Et puis, à 15 ans, je suis tombée sur White Musk du Body Shop et je n’ai plus jamais changé. Les rares fois où j’ai essayé d’autres choses, finalement je ne voulais pas lui faire d’infidélités ! Si je change, ma mère me dit « tu ne sens pas toi » et ça me perturbe. L’idée même de croiser une copine ou un ex dans la rue et de ne pas sentir pareil que d’habitude, ça m’angoisse, ce serait comme ne pas porter de culotte. C’est l’odeur avec laquelle ils me connaissent et j’ai envie qu’ils se disent que je sens toujours aussi bon. Si j’ai un rencard, il n’est même pas envisageable que je ne porte pas mon parfum. Ca n’a rien de très original, mais je parie sur la séduction innocente de White Musk, que je peux patiner avec un musc un peu plus animal, comme Original Musk de Kiehl’s que j’adore, en parfum et en lotion pour le corps. Alors bien sûr, il y a d’autres parfums que j’aime : la rose et la fleur d’oranger de Serge Lutens, Infusion d’Iris de Prada, l’Ombre dans l’eau de Diptyque… mais je ne les porte que chez moi, le soir, si je suis sure de ne pas ressortir. J’évite d’ailleurs de laisser leur odeur sur mes draps. Et puis j’adore aller acheter mon flacon de White Musk rue de Rivoli : c’est mon petit rituel. Les jours où je m’achète mon parfum et ma bougie Mimosa de chez Diptyque, c’est le bonheur ! Avec les parfums d’intérieur je suis comme avec le parfum : pendant longtemps j’ai voulu que l’odeur de chez moi ne change pas : quand on m’offrait des bougies, je les donnais. Et je suis hyper difficile avec toutes les autres odeurs que je mets sur moi, le déo – Dove forever! – mais aussi le shampooing : pour moi, la vanille, la fleur de tiaré, tout ça, c’est pas possible, ça me donne mal à la tête. J’aime sentir le propre. D’ailleurs, pour la lessive, j’ai aussi mes habitudes et là c’est une histoire de famille : j’utilise celle qu’utilisent mes parents et mon frère parce que j’aime bien qu’on sente tous pareil. Chez eux, ça sent comme chez moi.

Julie André, 31, journalist and founder of Carton Magazine.

The first perfume I fell in love with was Sweet Courrèges, which I got as a gift when I was 12 or 13. I loved it but I’ve never been able to buy another bottle because it was discontinued. And then, when I was 15, I discovered the Body Shop’s White Musk and I never changed ever since. The only few times I tried other things, I wasn’t able to be unfaithful in the end! If I wear something else, my mom will say “you don’t smell like yourself” and that upsets me. I dread the very idea of running into a friend or an ex-boyfriend and not smelling my usual smell, it would be like not wearing pants in front of them. It is the smell they associate with me and I want them to think that I still smell just as good. If I have a date, I can’t even imagine going without wearing my perfume. It may not be very original, but I bet on the innocent seduction of White Musk, and I can always spice it up with a musk that’s more animal, like Kiehl’s Original Musk, which I love and wear both as a perfume and body lotion. Of course there are other fragrances I love: Serge Lutens’ rose and orange blossom, Prada’s Infusion d’Iris, Diptyque’s l’Ombre dans l’Eau…but I only wear them when I’m home, at night, if I am sure I won’t go out again. And I avoid leaving their smell on my sheets. Plus, I love going out to buy my bottle of White Musk on rue de Rivoli: it is my ritual. The days when I buy my perfume and then my candle, Diptyque’s Mimosa, I’m so happy! I feel the same way about how my home smells: for a long time I couldn’t bear it to be different so I gave away all the other candles I got. And I am also very concerned about all the other smells I put on myself, deodorant – Dove forever! – and shampoo as well: there’s no way I’ll buy vanilla, tiaré flower, stuff like that, it gives me a headache. I like the smell of clean. Actually, I even have my habits when it comes to detergent and this one is a family story: I use the same one as my parents and my brother because I like the four of us to smell the same. Their home smells like my home. 

DSC_0391

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :