Eau d’Ivoire, Balmain

DSC_0368Ivoire de Balmain, créé en 1979 et reformulé l’année dernière, décline son premier flanker, une édition limitée pour l’été signée Sophie Labbé (IFF). Pour présenter cette nouvelle Eau d’Ivoire, Balmain a choisi de nous parler de Miami. De sa chaleur, de son énergie, de ses Cadillac à tous les coins de rue. Car c’est là-bas, sous les palmiers de South Beach, qu’Olivier Rousteing – responsable du studio de création mode de la maison – aurait trouvé l’inspiration pour ce parfum. Je ne suis jamais allée à Miami, mais cette Eau d’Ivoire est une excellente métaphore olfactive de l’idée que je m’en fais. Le jus rose pâle a la couleur de ces cocktails frappés un peu trop sucrés qu’on ne boirait jamais que sous le soleil d’une destination exotique, une impression qu’accentue le bouchon du flacon qui lui, ressemble à un glaçon.
Une fois sur la peau, la bergamote acidulée en tête et le cœur d’osmanthus, avec ses notes de fruits d’été bien mûrs, évoque inévitablement la chaleur et le soleil. C’est la groseille qui confère au parfum sa touche girly, gentiment cagole : pas franchement originale, elle a néanmoins le mérite de rendre cette Eau d’Ivoire facile à aimer. A l’image de cette ville, qui m’a toujours semblé être la capitale du bling vulgaire à l’américaine, mais qui doit malgré tout être une destination plutôt agréable pour passer quelques jours à la plage, à siroter des cocktails roses. Finalement, Eau d’Ivoire n’a rien d’une révolution mais elle remplit son rôle à merveille: c’est réellement une eau de toilette fraîche au sillage délicat, fruitée mais pas trop sucrée, d’une légèreté qui évoque bien la douceur et la frivolité des vacances d’été. Surtout quand on les passe à Miami. 

Ivoire de Balmain, created in 1979 and reformulated last year, introduces its first flanker, a limited summer edition composed by Sophie Labbé (IFF). To tell us the story of this brand new Eau d’Ivoire, Balmain chose to talk about Miami. About its warm weather, its energy, its Cadillacs on every corner. Because it is there, under South Beach’s palm trees, that Olivier Rousteing – in-house fashion designer – seems to have found the inspiration for this fragrance. I’ve never been to Miami myself, but this Eau d’Ivoire is a great olfactory metaphor of how I picture this city. The pale pink juice has the colour of these ice-cold, slightly too sweet cocktails you would only ever drink under the sun of an exotic destination, a feeling reinforced by the bottle’s cap which looks like an ice cube.
Once on skin, the zesty bergamot head and the osmanthus heart, with its ripe summer fruit feel, inevitably evokes heat and the sun. Redcurrant gives the perfume its girly, slightly skanky touch : although it isn’t very original, it has the merit of making this Eau d’Ivoire easy to love. Just like this city, which has always appeared to me as being the capital of American vulgar bling, but which I guess must still be a nice destination to spend a few days at the beach. All in all, Eau d’Ivoire is certainly not a revolution but it does exactly what it aims at: being a fresh eau de toilette with a delicate trail, fruity yet not to sweet, light enough that it evokes the sweet, dizzy summer holidays. Especially when they are spent in Miami. 

75€/100ml.
http://www.balmain.com

Photo © Sarah Bouasse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :