Jour d’Hermès

HERMESjourC’est à la fois toutes les fleurs et aucune fleur: pour son premier « grand féminin » aux côtés d’Hermès, Jean-Claude Ellena a pensé un bouquet foisonnant dans lequel on ne distingue aucune variété. « Je ne voulais surtout pas qu’on puisse dire « ça sent la rose » ou « ça sent le gardénia, m’explique le parfumeur (dans une interview à lire ici). Je voulais surtout qu’on puisse dire que ça sent les fleurs. Que les gens aient la liberté de dire « ça m’évoque le mimosa », « ça m’évoque le lys », « ça m’évoque la rose », etc ». Un trompe l’oeil olfactif qui fait la signature classique de Jean-Claude Ellena, connu pour son approche épurée et la quantité, restreinte au maximum, des ingrédients qui composent ses parfums. 
Jour d’Hermès renoue avec une certaine tradition du grand floral, tombée en désuétude et boudée par la parfumerie féminine d’aujourd’hui au profit, bien souvent, de grandes corbeilles de fruits. Légèrement baumé par des notes douces et suaves, pas dadame pour un sou, ce bouquet semble chuchoter son opulence. 

C’est à Pierre Hardy que l’on doit les courbes audacieuses de cet imposant flacon, qui, une fois posé, semble suspendre le jus dans les airs comme dans un épais verre à whisky. Styliste, le collaborateur d’Hermès travaille également avec Balenciaga, et il possède sa propre marque de chaussures. Pour son tout premier flacon de parfum, Pierre Hardy a dessiné un objet à part entière, dont la lourdeur inattendue résonne comme un intéressant paradoxe avec la légèreté dont le parfum souhaite (et sait) faire preuve. 

It’s all flowers and none of them at the same time : for his first « great floral” with Hermès, Jean-Claude Ellena imagined a generous bouquet in which no variety can be singled out. “I certainly didn’t want people to say “it smells of rose” or “it smells of gardenia”, the perfumer tells me (in an interview you can read here). I wanted them to say it smelled of flowers. I wanted people to be free to say “it reminds me of mimosa”, “it reminds me of lilies”, etc”. An olfactory trompe l’oeil characteristic of Jean-Claude Ellena’s creations, renowned for his uncluttered style and the number of ingredients, restricted to the minimum, that build up his fragrances.
Jour d’Hermès revives a certain grand floral tradition, now a little obsolete and given the cold shoulder by a lot of today’s feminine fragrances, mostly focused on grand basket fruits. Lightly balmy with its soft and smooth notes, far from the old bourgeoise cliché, this bouquet whispers its opulence.

The audacious curves on this massive bottle are the work of Pierre Hardy: once on a shelf, it suspends the juice in the air like a thick whisky glass. The stylist and collaborator of Hermès also works for Balenciaga and owns his own shoes brand. For his very first perfume bottle, Pierre Hardy drew an actual object, whose unexpected weight feels like an interesting paradox with the lightness the perfume reaches for (and does reach). 

En vente dans les points de vente habituels et sur la boutique en ligne Hermès. 80€/50ml, 110€/100ml.
www.hermes.com

Photo © Sarah Bouasse

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :